«M’aimes-tu?» Jn 21,15-17

En ce début d’année pastorale, il est important pour chaque paroissien et paroissienne de se donner une boussole spirituelle, support indispensable pour ancrer sa foi et cultiver son espérance en Jésus-Christ. La question essentielle qui est posée à notre pratique religieuse est de savoir la profondeur de notre alliance et de notre intimité avec Dieu.

En ce mois du Rosaire, mois consacré à la très sainte Vierge Marie, nous sommes tous invités à interroger notre amour pour le Christ.Devant les difficultés de tout genre, sommes-nous capables d’aimer Jésus, quoi qu’il en coûte ?

A Pierre qui l’avait renié, Jésus confie la charge pastorale de son Église ( « Pais mes brebis »). Jésus délègue à Pierre la charge de conduire son Peuple. Voilà pourquoi Pierre doit aimer Jésus, c’est-à-dire être fidèle à son testament d’amour. En effet la lourde charge que Jésus confie à l’apôtre Pierre exige de l’amour ( comme lui-même Jésus l’avait fait: « il les aima jusqu’au bout »). Jésus annonce en même temps que cet amour de Pierre pour lui l’entraînera à aimer jusqu’à mourir.

C’est vrai que la triple question de Jésus à Pierre (« M’aimes-tu ») reprend le triple reniement de Pierre. Ce triple rappel attriste bien sûr Pierre, dans la mesure où il lui rappelle sa faiblesse, son infidélité, son indignation.

Malgré cette faiblesse, Jésus n’a pas du tout retiré sa confiance à Pierre. Il voudrait qu’en retour Pierre continue à l’aimer, aimer son Église, à aimer le troupeau à lui confié, un amour calqué sur celui de son divin Maître : aimer jusqu’à donner sa vie pour ses brebis: «Quand les montagnes changeraient de place, quand les collines s’ébranleraient, mon amour pour toi ne changera pas, et mon Alliance de paix ne sera pas ébranlée, a déclaré le Seigneur, dans sa tendresse pour toi» (Isaïe 54, 10).

Et nous, sommes-nous capables d’un tel amour ? Est-ce que nous n’aimons pas le Christ et son Église seulement de bout des lèvres? Notre amour n’est-il pas superficiel ? Christ nous invite à l’aimer en actes et en vérité : « Le fruit de l’amour est le service et le fruit du service est la paix ». Mère Teresa de Calcutta

Que Marie Notre Dame du Rosaire nous porte continuellement dans la Joie de servir Dieu et d’aimer davantage le Christ comme il nous a aimés.

 

Père Pierrot K.B Mazono, Svd

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *