Homélie du Fr. Augustin | dimanche 26 septembre 2021 | 26ème dimanche du temps ordinaire

Nm 11, 25-29
Ps 18b (19)
Jc 5, 1-6
Mc 9, 38-43. 45. 47-48

Chers frères et sœurs,

Nous vivons dans une société sécularisée et très diversifiée. C’est vrai en France, aux Pays-Bas, mais aussi dans un pays comme la Côte d’Ivoire. Nos voisins ne sont pas tous catholiques, sans même parler des catholiques pratiquants. Nous vivons ensemble avec les protestants, les musulmans, les non-croyants et les personnes d’autres confessions.

Dans un tel contexte, il peut être difficile d’avoir la juste disposition de la foi. Quelle relation entretenons-nous avec ces voisins ?

La relation la plus fondamentale que nous avons avec toutes les personnes, qu’elles soient baptisées ou non, qu’elles soient catholiques pratiquantes ou non, est le fait que nous sommes tous humains. Et en tant qu’êtres humains, nous sommes tous créés à l’image et à la ressemblance de Dieu (Gn 1,29).

En quoi l’homme est-il créé à l’image et à la ressemblance de Dieu ?

Parce que l’homme possède une intelligence capable de connaître et une volonté capable d’aimer[1].

Un enfant, un adulte, une personne handicapée ou une personne souffrant de démence : chacun à sa façon, bien sûr. Mais nous en sommes tous dotés, avec cette intelligence capable de connaître et cette volonté capable d’aimer.

Il suffit d’ouvrir les journaux et de voir les preuves. Les scientifiques envoient des fusées dans l’espace pour percer les mystères de la nature. C’est l’expression d’une recherche de la vérité. Les femmes protestent en Afghanistan parce qu’elles ne sont pas toutes autorisées à aller à l’école. C’est l’expression d’un désir de justice. Tout le monde se sent concerné par le conflit entre Israël et la Palestine. C’est l’expression d’un désir de paix.

Vous voyez ? Grâce à l’intelligence humaine, tous les individus sont capables de reconnaître des concepts tels que la vérité, la justice et la paix. Et nous avons tous le désir de les réaliser. Nous aimerions les réaliser, c’est-à-dire que nous avons un amour pour la vérité, la justice et la paix.

“Celui qui croit différemment, espère différemment et aime différemment, [c’est-à-dire d’une manière autre que la manière chrétienne,] vivra nécessairement une vie différente”[2].

C’est vrai. À côté de notre couvent à Rotterdam se trouve un restaurant chinois. Mon voisin chinois, bouddhiste, vit différemment de moi. Mais lui aussi cherche la vérité, lui aussi cherche la paix et la justice et lui aussi sait ce qu’est l’amour.

C’est pourquoi Jésus dit dans l’Évangile d’aujourd’hui : celui qui n’est pas contre nous est pour nous (Mc 9,40). Cela ne doit pas être compris dans un sens politique. Comme une lutte entre différents partis. Non, il s’agit de notre foi et de la morale qui découle de notre foi. Si quelqu’un n’est pas contre, en fait si quelqu’un s’efforce peut-être d’avoir les mêmes valeurs et normes, alors il est aussi en faveur de nos valeurs et normes. Ainsi, il est également favorable à ce qui découle de notre foi.

Au deuxième siècle, l’église était persécutée. Saint Justin Martyr fut l’une des victimes de cette persécution. Mais il a fait remarquer à ses persécuteurs que nous avons tous en commun notre intelligence et que cette intelligence nous “conduit à honorer et à aimer seulement ce qui est vrai [: la vérité]”[3]. Il disait : “Il semble y avoir des graines de vérité parmi tous les hommes”[4].

Dieu est plus grand que nous. Il n’est pas exclusif. Il se révèle à tous les hommes, même à ceux qui ne sont pas dans l’église. Mais parce qu’ils ne connaissent pas le Christ, il leur est difficile de connaître toute la vérité. Car c’est le Christ qui révèle toute la vérité. En effet, le Christ est le chemin, la vérité et la vie (Jn 14,6).

Quant à ces graines de vérité, nous pouvons dire qu’il y a aussi du bon en dehors de l’Église, même si la plénitude se trouve dans l’Église. C’est pourquoi nous, chrétiens, ne sommes pas d’abord des adversaires du monde ! Mais nous allons le transformer ![5]

Comment ? En prêchant par nos paroles et nos actes !

Le Christ a envoyé ses disciples et c’est une mission qui s’applique encore à nous tous. Nous sommes tous des témoins de l’Évangile. Nous devons donc nous appliquer à apprendre à communiquer notre foi. Et je pense qu’il y a de nombreuses façons de témoigner, mais il y en a deux qui doivent être prioritaires à notre époque.

Tout d’abord, je pense que c’est à nous de relier précisément les graines de vérité déjà trouvées chez les autres. De cette manière, un système cohérent sans contradictions est créé. Il n’y a pas plusieurs vérités et il n’y a pas plusieurs dieux. Dieu est un. Et donc ce que nous enseignons doit être cohérent. Et nous devons le proclamer d’une seule voix, non pas comme une communauté divisée, mais comme une communauté qui a un seul message à proclamer pour le salut de tous.

Deuxièmement, et cela nous ramène à l’évangile d’aujourd’hui, nous devons témoigner, non seulement en paroles mais aussi dans nos vies, de la vérité de l’Évangile et de la paix et de la justice du Royaume de Dieu. “Practice what you preach” : Mettez en pratique ce que vous prêchez. Mettons fin à la discorde, à un manque de compassion, à nos péchés. Lions une meule autour de nos péchés et jetons-les loin dans la mer, loin de nous. Pratiquons plutôt la charité et la piété. De cette manière, non seulement nous grandissons en sainteté nous-mêmes, mais notre message est également crédible pour les autres.

Peut-être alors nos voisins découvriront-ils aussi le Christ.

Prions le Seigneur notre Dieu aujourd’hui en particulier pour que nous regardions avec amour nos voisins, que nous soyons patients avec eux et que nous soyons des prédicateurs fidèles de l’Évangile. Amen.

_____________

[1] Cf. S. Thomas d’Aquin, Summa Theologiae Ia q. 93 a. 4.

[2] Bx. Guillaume de Saint-Thierry, Speculum fidei I, 5.

[3] S. Justin Martyr, 1 Apologies 2.

[4] S. Justin Martyr, 1 Apologies 44.

[5] Père Jean Dujardin : “On n’est pas d’abord les adversaires du monde ! On va le transfigurer !” (La Croix, le 9 février 2014).

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *