Homélie du dimanche 10 février 2019 | 5ème dimanche ordinaire

Chers frères et sœurs,

Aujourd’hui les lectures nous évoquent deux récits de vocation. Dieu rejoint deux personnes, le Prophète Isaïe et Simon Pierre dans leur milieu de vie, et les appelle à être ses disciples.

Dieu a fait grâce au prophète Isaïe de le voir dans une vision. Le prophète jouit de cette magnifique vision de Dieu, où Dieu était assis sur son trône et sa gloire remplissait tout le temple.  Devant la splendeur de Dieu, le prophète reconnaît sa fragilité d’être un homme aux lèvres impures. Mais un ange de Dieu touche sa bouche avec un charbon brûlant en disant, « tes péchés sont pardonnés ». Après avoir été purifié, le prophète accepte d’être le porte-parole de Dieu. La rencontre avec Dieu purifie son cœur. Il se transforme ; il accepte de vivre une nouvelle vie.

Nous avons un exemple similaire dans l’évangile. Saint Luc nous raconte la rencontre entre Jésus et Simon Pierre au bord de la mer. Comme d’habitude, il y a foule là-bas : les uns parlent, les autres écoutent, les pêcheurs réparent leurs filets. Mais il y a quelque chose d’exceptionnel. Jésus est là en train d’enseigner. Il est assis sur le bateau de Pierre en train d’enseigner. Pierre également, avec ses amis, l’écoute avec attention. A la fin, Jésus,engage un dialogue avec Pierre au sujet de la pêche. Combien as-tu attrapé cette nuit ? Est-ce que Jésus savait qu’il n’avait rien eu cette nuit-là ? Pourquoi Jésus a-t-il posé une telle question ? Est-ce qu’il avait remarqué chez Pierre une fatigue exceptionnelle, une déception sur son visage, un découragement ? La lecture ne nous dit rien. Jésus lui demande d’avancer dans l’eau profonde. Résultat, ils ont attrapé beaucoup de poissons, nous dit saint Luc.

Chers frères et sœurs,

La rencontre de Jésus permet à Pierre de prendre un nouveau départ. Que peut-on apprendre de lui aujourd’hui ?

Premièrement, Pierre était un homme de foi. Les quatre évangiles nous montrent que Pierre était un homme plein de foi en Jésus. Jésus l’avait reconnu ; c’est pourquoi Jésus va lui dire, « Tu es Pierre et sur toi je bâtirai mon Église ». Mais quel type de foi ! C’est lui qui a nié Jésus trois fois, c’est lui qui fuit quand Jésus a été arrêté. Pierre représente chacun de nous. En chacun de nous se cache « un Pierre fragile ». Mais, dans sa fragilité, après la résurrection de Jésus, c’est encore lui qui prend la parole devant tout le monde pour proclamer que Jésus était le Messie. C’est la même foi qu’il a manifestée aujourd’hui. Quand Jésus lui a demandé de jeter le filet en eau profonde, il dit, « Maître, sur ta parole je vais jeter les filets ».

Deuxièmement, un homme qui a fait l’expérience de sa fragilité. Devant la fragilité et les échecs de la vie, il est resté inébranlable. Il a répondu à Jésus : Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre. Quelque part l’expérience de Pierre incarne notre vie. Nous également, nous luttons dans notre vie pour la réussir. Il y a des jours où nous ne voyons aucun résultat. Au contraire, nous devons faire face aux incompréhensions, rejets, dysharmonie dans la famille, découragements, questionnements. Déçu et découragé nous avons envie de tout abandonner, de tout arrêter, de négliger nos responsabilités. Ces sont des moments où nous devons nous rendre compte de notre fragilité, nos limites et nous devons sentir le besoin de Jésus, nous devons nous tourner vers Jésus.

Troisièmement, Pierre écoute le Seigneur. Pierre était honnête devant Jésus, « Seigneur nous avons peiné toute la nuit, et nous n’avons rien pris ». C’était un cri de découragement. Mais Jésus lui dit, « avance en eau profonde, jetez les filets », Pierre a obéi à Jésus. Il n’a pas posé la question sur le savoir- faire de Jésus. Il a pris la parole de Jésus comme une assurance. Au moment difficile, au lieu de condamner les autres, de chercher la raison de nos échecs, de juger les autres, il nous faut nous asseoir avec Jésus, parler avec lui, prier et ensuite l’écouter. Jésus nous parlera par ses paroles, par ses inspirations, par des amis etc. Son Esprit va murmurer dans la profondeur de notre cœur pour nous rassurer de sa présence.

Enfin, quatrièmement, Pierre accepte son état d’âme, qu’il est pécheur. C’est à la fin, quand le résultat est bon, quand il réussit, quand tout va bien, qu’il va chez Jésus pour dire, éloigne- moi, car je suis un homme pécheur. Ce n’est pas un refus de Jésus ; au contraire, il exprime son amour pour Jésus d’une manière négative, mais, qui a un sens positif. « Seigneur, tu es grand, tu es bon, reste avec moi ». Jésus a reconnu cette attitude, il a reconnu sa sincérité, c’est pourquoi il dit : « désormais, tu prendras des hommes ». Ce qui veut dire, tu feras mon travail, tu travailleras avec moi. Essayons d’apprendre à l’école de Pierre.

Amen.

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.