Homélie du dimanche 12 janvier 2020 | Baptême du Seigneur

Aujourd’hui nous fêtons le baptême de Jésus dans le Jourdain. Avec cette fête, nous clôturons le temps de Noël qui a commencé la nuit du 24 décembre par la naissance de Jésus.

Ce temps de Noel  nous a fait passer par l’adoration des trois mages, la fuite en Egypte et le retour de la Sainte Famille jusqu’au baptême de Jésus aujourd’hui. Ce baptême est quelque chose d’exceptionnel qui mérite une méditation profonde car comment est-il possible que celui qui n’a pas connu le péché, s’est fait baptiser? Plongeons-nous dans ce mystère qui va nous donner déjà une vue sur la crucifixion et la résurrection du Christ. Car Noel et Pâques sont dans la foi chrétienne étroitement liés. Commençons notre méditation.

La première chose qu’il faut se réaliser est que le baptême de Jésus a lieu environ 30 ans après sa naissance et désormais aussi 30 ans après les lectures de la semaine dernière. Dimanche dernier, nous avons fêté, comme vous vous rappelez, les Rois, officiellement appelé l’Epiphanie. Jésus qui se montre aux mages, les trois mages qui représentent le monde non-juif, le monde païen. C’était la deuxième manifestation de Jésus car dans la nuit de Noël il s’était manifesté déjà aux juifs dans la personne des bergers. Et maintenant, 30 ans plus tard, il y a une troisième manifestation de Jésus, notamment par la voix du ciel qui dit qu’il est le fils de Dieu. Ces trois manifestations forment une unité, une telle unité qu’elles étaient fêtées jusqu’au 4ième siècle comme une même fête. Et encore de nos jours, quelques églises orthodoxes les fêtent le même jour.

Le deuxième aspect du baptême du Christ qu’il faut se réaliser est que c’est la première fois dans la bible que les trois personnes qui forment la Sainte Trinité, sont mentionnées. Jésus se fait baptisé et quand il sort de l’eau, l’Esprit Saint vient sur lui sous forme d’une colombe. Puis Dieu le Père parle des cieux en disant que Jésus est son fils. L’expression « Sainte Trinité » n’est mentionnée nulle part dans la bible mais les trois personnes sont mentionnés ensemble à plusieurs endroits. Ceci a mené l’église à déclarer au 4ième siècle le dogme de la Sainte Trinité, qui déclare qu’il y a trois personnes divines qui sont inséparables et désormais unes. Aujourd’hui nous fêtons désormais aussi un peu la solennité de la Sainte Trinité.

Penchons-nous maintenant sur la question clé de ce dimanche: pourquoi Jésus s’est fait baptisé, lui, l’Agneau sans tache, lui qui n’a jamais fait de péchés? Parmi les exégètes, les commentateurs de la bible, il y a plusieurs explications. Il y en a qui disent que Jésus voulait tout simplement montrer dès du début de sa vie publique sa solidarité avec tous les pécheurs du monde, donc en fait avec nous tous.  Ceci est sans doute vrai mais il faut chercher plus profondément pour comprendre la vraie signification de son acte. Rappelons-nous que l’eau dans les évangiles fait souvent référence à la mort, au fleuve de la mort qu’il nous faudra tous passer un jour afin de commencer une nouvelle vie. Jésus nous donne par son émergence de l’eau du Jourdain une préfiguration de sa mort sur la croix et de sa résurrection au jour de Pâques. Il est l’Agneau de Dieu qui porte tous les péchés du monde pour faire pénitence à notre place par la mort sur la croix. Noel et Vendredi Saint sont étroitement liés et aussi Noel et Pâques, car Jésus sort de nouveau de l’eau comme il sortira victorieusement le jour de Paques de la mort.

Que signifie désormais la fête du baptême du Seigneur pour nous, hommes et femmes du 21ième siècle mais en fait de tous les temps? Le baptême de Jésus nous libère d’ores et déjà au début de la vie publique de Jésus de l’angoisse du dernier jugement, de la peur que nos péchés ne seront pas pardonnés. Jésus annonce par son baptême dans le Jourdain le pardon de nos péchés qu’il accomplira à Golgotha trois ans plus tard. Jean le Baptiste ne voyait pas, ne pouvait pas voir le lien entre ce baptême et Pâques et il n’a pas dû comprendre l’explication de Jésus sur ce baptême qui était un acte de justice. Et même de nos temps il est difficile d’expliquer que la justice de Dieu signifie que son Fils est crucifié pour nos péchés au lieu que nous-mêmes. Mais il faut se rappeler que Dieu a tant aimé le monde – qu’il a tant aimé tous les gens de tous les temps et qu’il les aime toujours tant, malgré nos fautes, petites et grandes- que Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. Afin que, comme le dit l’évangile de St. Jean – quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle. Et St. Jean continue : Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

Quelle pourrait être, quel devrait être notre réponse à ce don immense de Dieu? Il n’y a qu’une réponse qui est juste, qui est appropriée: croire en Jésus Christ. Croire en lui veut dire : croire en son message, le message de l’amour, l’amour pour Dieu et pour notre prochain. Croire mais aussi mettre cette foi en action Comme le Christ nous l’a appris. Dans la deuxième lecture nous avons entendu que Jésus faisait partout où il passait le bien, qu’il guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du démon, par exemple le démon de la cupidité et le démon de l’orgueil. Et la première lecture dit que le serviteur de Dieu, autrement dit le Christ, sera une lumière pour les nations et qu’il ouvrira les yeux des aveugles et fera sortir de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres. Voilà la tâche qui se trouve devant nous quand nous voulons mettre en œuvre que nous croyons au Christ. Dans quelques instants nous professerons comme dans chaque messe notre foi. Rappellerons-nous les lectures d’aujourd’hui qui mettent cette foi en pratique. A la suite de Jésus, l’Agneau de Dieu, lui qui s’est livré pour nos péchés. Lui qui nous a donné le baptême pour que nous puissions commencer une nouvelle vie. Une vie de chrétiens. Avec toute la joie que cette vie donne mais aussi toutes les tâches que cette vie nous donne. Pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Amen.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.