Homélie du dimanche 27 janvier 2019 | 3ème dimanche ordinaire | Année C

C’est une coutume dans le monde politique qu’avant de tenir les élections, les candidats proposent un manifeste aux électeurs en montrant les grandes lignes d’action à faire après les élections. Aujourd’hui, nous avons Jésus, qui, tout de suite après son baptême, annonce son programme messianique dans la synagogue à Capharnaüm.

C’était une habitude dans les synagogues, pendant la prière synagogale, de faire deux lectures – une lecture de la loi et une autre tirée d’un livre prophétique. Saint Luc ne nous dit pas quelle était la première lecture, mais il nous donne la référence de la 2e lecture. Elle était tirée du prophète Isaïe ch 61. Comme les scribes, Jésus lui-même a lu le texte en disant : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfaits accordée par le Seigneur ».  Et ensuite, il a conclu sa lecture en disant, « aujourd’hui, cette écriture est accomplie pour vous qui l’entendez ». « Cette parole s’accomplit » veut dire, Jésus va agir selon cette parole qu’il vient de lire. C’est ainsi qu’il quitte la synagogue et dès ce jour, il commence à enseigner en public , guérir les malades et faire les autres miracles.

Jésus commence par dire, « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction ». En citant ces paroles, Jésus nous rappelle son baptême. Le jour de son baptême, l’Esprit saint est descendu sur lui et le Père a annoncé en public que Jésus est son fils. Ainsi, au jour de son baptême Jésus a été autorisé par l’Esprit Saint d’annoncer la Bonne Nouvelle. Cette bonne nouvelle est annoncée aux pauvres : les pauvres ne sont pas uniquement les matériellement pauvres, mais ceux qui ont besoin de Dieu, ceux qui désirent Dieu. Cette bonne nouvelle, c’est la liberté des prisonniers, la vue aux aveugles, la libération aux opprimés, et l’année de bienfaits – un temps d’action de Dieu, grâce de Dieu, pardon de Dieu, un temps de miséricorde de Dieu.

En annonçant ces paroles, Jésus annonce son programme messianique, son manifeste – la manière avec laquelle il veut conduire sa mission de Messie.  Il donne l’orientation de sa vie. Contrairement à l’attente de ses compatriotes qui attendaient un Messie qui chasserait les colonisateurs romains de la terre de Palestine, Jésus propose une autre manière de faire la mission – s’occuper des pauvres, libérer les opprimés, assister ceux qui ont besoin de lui. En cela il trouve la joie, c’est l’année de bienfaits, l’année de grâce.

La théologie moderne a fait une option pour les pauvres, (la théologie de la libération – en Amérique du sud) ce qui veut dire que les efforts missionnaires de l’Église sont dirigés vers les pauvres. C’est pourquoi beaucoup d’œuvres de l’Église se sont dirigées vers les pauvres. Dans beaucoup de pays, surtout dans les pays pauvres ou ceux en voie de développement, l’Église s’engage à fond pour l’amélioration de la vie du peuple en promouvant les projets de santé, d’éducation, d’agriculture, de promotion humaine et beaucoup d’autres. Ainsi la mission de Jésus continue dans la vie de l’Église. Notre paroisse est aussi engagée dans différentes projets de développement, qui ne sont pas tous publiés ici : il y a ceux qui apportent la nourriture aux pauvres, ceux qui soutiennent le P. Vincent au Burkina Faso, et ceux qui font autre chose discrètement. Beaucoup d’entre nous fournissent un grand effort pour organiser la kermesse francophone. Nous avons notre propre projet de carême pour soutenir les projets de développement. J’apprécie tous ces efforts, vous êtes en train de continuer la mission de Jésus.

Mais, en même temps, n’oublions pas nos devoirs envers nous-même.

Dans la première lecture nous avons entendu un très bel exemple de l’écoute de la Parole de Dieu. Il s’est passé au 5e siècle après le retour de l’exil. Néhémie, le gouverneur de Jérusalem a fait une lecture publique de la Loi de Dieu. Tout le peuple, en écoutant la parole a décidé de changer sa vie. La parole de Dieu a donné au peuple la motivation d’agir. Nous venons de voir comment la Parole est devenue une action dans la vie de Jésus.

Nous sommes aussi invités à rendre la parole de Dieu une action dans notre vie. N’oublions pas le devoir envers nos familles et envers nous-même : Il est important de trouver la joie en tout ce que nous faisons, dans notre propre vie. Faisons notre travail, nos devoirs avec un esprit de consécration. Je fais une chose parce que le Seigneur m’a consacré à le faire.

Et il est important de montrer le chemin de la charité à nos enfants pour qu’ils /elles trouvent la joie dans leur vie. Que l’onction de l’Esprit Saint que nous avons reçue au moment de notre baptême continue à nous inspirer, nous pousser à agir comme dans la vie de Jésus. A travers nos actions, puissions-nous bâtir un monde de joie et de paix. Amen.