Homélie du dimanche 5 mai 2019 | 3ème dimanche de Pâques

Les lectures d’aujourd’hui nous parlent – comme les lectures de dimanche dernier –  de la vie des disciples de Jésus après sa résurrection. Leur vie est un exemple pour chaque personne qui a été touché par l’amour du Christ et qui veut vivre dans ses pas. C’est pourquoi il est utile d’étudier en détail le chemin des apôtres. C’est un chemin exceptionnel, une découverte joyeuse mais aussi parfois douloureuse. Comme est la vie pour chaque personne en tout temps.

Déjà le choix des disciples par Jésus est exceptionnel. Qui choisit pour bâtir un royaume, des pêcheurs, qui étaient après les bergers à peu près les personnes les plus basses dans la société juive de cette époque ? Pour créer un royaume il faudrait mieux  choisir des personnes puissantes, intelligentes, qui ont eu une bonne éducation et qui peuvent impressionner les masses. Mais cela n’est pas la façon dont  Dieu voit les gens. Il a une façon de regarder et de juger les gens qui bouleverse notre façon de penser. Rappelons-nous ce que Dieu dit par la bouche du prophète Isaïe: « mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins » . Jésus appelle désormais des pêcheurs. Et  aussi, comme nous le savons, une ancienne prostituée (Marie Madeleine) qui est une de ses disciples les plus fidèles ainsi qu’un collecteur d’impôts – les personnes les plus méprisés dans ce temps –  toutes ces personnes obtiennent un poste important dans le royaume naissant. Puis des aveugles, des boiteux, des possédés, des pauvres et des réfugiés – tous des gens qui étaient méprisés, même condamnés dans le temps de Jésus mais aussi aujourd’hui – tous ces gens sont parmi les plus aimés de Dieu et ils reçoivent les meilleures places dans son royaume. Doucement nous entendons chanter Marie dans son Magnificat : il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles.

Les disciples ont eu une longue période d’apprentissage.  Pendant 3 ans, ils ont  accompagné Jésus dans sa mission sur terre, et ils ont beaucoup appris sur la façon d’aimer Dieu et d’aimer son prochain. Cela se terminera par un évènement bouleversant et effrayant qu’ils n’avaient jamais pu s’imaginer: Jésus meurt sur la croix. Cela fut un choc et une épreuve pour tous ceux qui suivaient Jésus. Les disciples se cachèrent et ils feront tout pour ne pas être remarqués, comme Pierre qui reniera Jésus trois fois. Qui peut comprendre que cette mort est la preuve ultime de l’amour de Dieu pour nous? Et encore plus incompréhensible : Jésus est ressuscité après trois jours et il leur apparait selon l’évangile de St. Jean même trois fois. Dimanche dernier, nous avons entendu dans l’évangile, le récit des deux premières apparitions, la première  sans le disciple Thomas et la deuxième avec lui. Et aujourd’hui nous avons le récit de la manifestation de Jésus au bord du lac de Tibériade. La dernière fois que les disciples le verront avant son retour au Père.

Depuis la mort sur la croix, les disciples ne savaient plus quoi faire et comment se comporter. Et les manifestations de Jésus après sa résurrection ne les réconfortaient pas non plus. C’étaient des moments mystérieux car Jésus entrait par des portes fermées et il ne restait pas longtemps. Une partie des disciples retourna en Galilée après ces manifestations de Jésus et reprit le travail de pêcheurs. Retour à l’ancienne vie. Mais ils n’attrapaient plus rien. Les pères de l’Eglise disent que c’est logique qu’ils ne pêchaient plus rien, car ce n’était pas leur destin de retourner à leur ancienne vie. Jésus leur avait dit en effet qu’ils devraient devenir pêcheurs d’ hommes et non plus de poissons. L’invitation de Jésus à jeter le filet de l’autre côté de la barque est en fait un façon symbolique de St. Jean pour  dire que les disciples sont appelés à laisser leur ancienne vie derrière eux et à commencer une nouvelle vie de pêcheurs d’ hommes. Et le reste du texte de l’évangile est aussi très symbolique : quand il changèrent leurs anciennes méthodes de pêcher, ils attrapèrent tout de suite beaucoup de gros poissons, même 153. Ce nombre 153 était le nombre des différents poissons connus à l ‘époque, donc les disciples attrapèrent en fait tous les poissons, en langue non-symbolique, toute l’humanité. Jésus leur demande désormais d’aller proclamer la bonne nouvelle à  toute l’humanité.

Ainsi Jésus les prépare une dernière fois pour leur tâche. La tâche de répandre la bonne nouvelle, en paroles et en actes. Dans l’évangile d’aujourd’hui nous avons entendu comment il fait participer Pierre de nouveau à cette grand œuvre. Pierre qui l’a renié trois fois juste avant la crucifixion. Jésus lui demande par trois fois s’il l’aime. Et Pierre confesse trois fois son amour pour le Christ. Ainsi il est pardonné, son péché est effacé. A noter pour nous tous: le pardon des péchés se fait par la confession d’amour pour le Christ et bien-sûr par mettre cet amour en pratique.  Et cela, c’est ce que vont faire Pierre et ses condisciples. Nous l’avons entendu dans la première lecture. Ils n’ont plus peur de rien, ils proclament l’évangile partout dans le pays malgré l’interdiction par le grand prêtre de parler de Jésus et de la bonne nouvelle. Beaucoup d’apôtres trouveront un jour la mort à cause de leur enseignement de la foi en Jésus mais même cela ne peut pas stopper leur travail pour le Royaume de Dieu. Rappelons-nous ce que dit Pierre et ce qui est une sagesse depuis ce moment jusqu’à nos jours : il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.

Quel cheminement des apôtres depuis le moment où  Jésus les a appelé au début de sa mission! Ils sont devenus un exemple pour nous, chrétiens du 21ièmesiècle. Les apôtres nous font penser à ce que Dieu a fait – et fait encore – en nous. Tout cela nous fait poser quelques questions capitales, ici aujourd’hui ,au Bon Berger: sommes-nous conscients que Dieu veut faire un chemin avec nous depuis, déjà depuis notre naissance? Et sentons-nous qu’il nous a préparé et qu’il nous prépare encore pour chaque pas dans notre vie? Et disons-nous oui à son appel de l’aider dans son projet pour l’humanité? Il est à noter que Dieu ne nous force pas de suivre son chemin, comme il ne nous force pas de suivre ses commandements. Mais ceux qui ne suivent pas Dieu, ceux qui ne suivent pas ses commandements, prennent le risque de dévier de ce que Jésus appelle « la route étroite qui mène au salut ».

Peut-être vous dites-vous : comment puis – je voir que Dieu agit en moi? Il est vrai qu’il agit doucement et qu’il ne force jamais. Mais en regardant en arrière nous pouvons voir parfois des traces de son aide. Aussi bien dans nos moments joyeux que dans nos épreuves. Ces dernières sont douloureuses mais sont aussi un instrument important pour nous faire grandir. Dieu ne nous punit pas en donnant des épreuves mais quand il nous arrive une épreuve, il vient à notre secours pour nous aider. Il y a des moments clés dans notre vie – comme nous avons vu dans la vie des disciples – où Il nous propose une nouvelle piste. Souvent nous ne voyons pas sa proposition mais plus tard en regardant en arrière nous voyons le changement dans notre vie et l’effet que cela a donné. C’est lui qui était présent, c’est lui qui nous a aidé à accomplir ce changement. Pour ceux qui doutent si Dieu est présent dans leur vie et s’il nous aide concrètement, je propose de faire cette analyse ; regardez en arrière et analysez les moments clés de  votre vie. Tout ce que le monde appelle le hasard ou la bonne chance, c’est Dieu qui a agi. Aucune épreuve douloureuse ne vient  de lui ,mais la façon dont  nous avons dépassé ces épreuves ou dont nous sommes arrivés à vivre avec ces épreuves montre l’aide du Tout-Puissant.

Demandons à Dieu la force de les suivre et de pouvoir aider notre prochain pour le mettre sur cette route étroite mais salutaire. Pour que nous soyons, comme les apôtres, des véritables disciples du Christ. Lui, notre berger et notre secours. Amen.

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.