Dimanche 14 janvier 2018, 2ème dimanche ordinaire : « Venez et vous verrez »

Nous avons célébré l’épiphanie le dimanche passé, la fête de la manifestation de Jésus au monde. Dieu le Père a envoyé son Fils Jésus dans le monde pour que le monde soit sauvé. Les lectures d’aujourd’hui nous invitent à réfléchir sur la question, « sommes-nous prêts à accueillir  la salut apporté par Jésus, aimerions-nous considérer notre baptême comme une vocation chrétienne ? Quelle est notre mission aujourd’hui ? »

Notre questionnement trouve sa réponse dans les récits de vocation que nous venons d’entendre. La première lecture, un texte très connu pour sa profondeur, nous rapporte la vocation du prophète Samuel. Le prophète Samuel, en étant l’unique enfant d’une femme, Anne, qu’elle a reçu après avoir pleuré  à chaudes larmes devant Dieu. Elle consacre son fils à Dieu comme remerciement pour la bénédiction qu’elle avait reçue. Nous avons entendu comment Dieu l’a appelé à l’âge de sa jeunesse, à sa mission. La réponse de Samuel est très connue: « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ». Par cette expression, Samuel, bien qu’il soit jeune, exprime sa disponibilité totale à Dieu.

Le texte de l’évangile est également très connu. On peut le lire comme une suite de ce que nous avons médité le dimanche passé. A l’épiphanie, nous rencontrons un petit Jésus, un enfant qui est choyé par trois rois, aujourd’hui il s’agit de Jésus adulte  qui avait déjà été investi par son père au baptême, « tu es mon fils bien aimé ». A l’épiphanie, les trois rois lui ont offert les cadeaux royaux – de l’or, de l’encens et de la myrrhe.  Aujourd’hui nous avons entendu Jean- Baptiste l’acclamer devant ses disciples, « voici l’agneau de Dieu ». Jean-Baptiste présente Jésus comme celui qui va réconcilier l’homme avec Dieu par sa passion, sa mort et sa résurrection. Mais la pointe de notre récit est centrée sur la question des disciples à Jésus, « Rabbi, où demeures-tu? » et la réponse de Jésus, « venez et vous verrez ».  Ils ont demeuré avec lui pour deux jours et ensuite, ils sont allés chercher leurs frères et connaissances pour qu’eux aussi partagent la même expérience  de demeurer avec Jésus.

Ces  textes nous permettent de réfléchir sur trois aspects de notre vie chrétienne.

Le premier aspect, notre vie chrétienne est une recherche continue de Dieu. Seulement celui qui cherche Dieu le trouvera. Mais cette recherche ne commence pas d’un néant. La recherche est le fruit d’une soif, une soif de trouver Dieu, un envie de découvrir et vivre avec lui.

Deuxièmement, notre vie chrétienne est un appel. Si nous exprimons notre soif de trouver Dieu, si nous avons cette envie de trouver Dieu, Dieu nous appellera pour faire un séjour avec lui. André, Philippe et Pierre était des chercheurs de Dieu. C’est pourquoi Jésus les a choisi pour être ses disciples. Le Pape François nous rappelle toujours que notre vie chrétienne est un appel. Dieu nous a appelés.

Troisièmement, à celui que Dieu appelle, il confie aussi une mission. La mission est de faire connaître aux autres cette expérience d’avoir demeuré avec lui. De nos jours, on parle beaucoup de la mission. Quelle est la mission d’un baptisé aujourd’hui ? Mission de nous tous ? Il s’agit de témoigner de notre foi. Être témoin, c’est être fier d’être ce que nous sommes – des chrétiens,  et être fier de ce que nous avons trouvé, la vie avec  Dieu – ce qui est le fruit d’avoir demeuré avec lui:  la paix, l’équilibre dans la vie, la motivation d’aller jusqu’au bout, de ne pas abandonner la vie devant  ses exigences, la motivation de réussir la vie.

En étant parents, nous avons une mission envers nos enfants. C’est d’abord, témoigner de notre foi, et ensuite de les élever dans la foi, de partager avec eux le fruit de ce que nous avons découvert. En étant jeune, notre mission est de tirer de notre foi la motivation d’agir. Ce qui veut dire qu’aux carrefours de notre vie, au moment de choisir entre celui-ci et celui-là, au moments de prendre des décisions, au moment de fixer l’objectif de notre vie, au cours de notre vie quotidienne, –  nous faisons recours à notre foi. Que nos décisions soient imprégnées de notre expérience de Dieu, d’avoir vécu avec Dieu.

Nous avons la mission d’être témoin dans notre lieu de travail, dans notre couple, dans notre vie familiale. La différence entre  un croyant et incroyant est que le croyant vit toujours dans l’espérance, dans la charité et dans la foi.

La liturgie nous invite à vivre la communion avec Dieu en demeurant avec lui, car Dieu nous a appelés  et il nous confie la mission d’être ses témoins. Amen.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *