Homélie du dimanche 30 septembre 2018 | 26ème dimanche ordinaire

Comment vivre la foi chrétienne aujourd’hui ? En quoi les chrétiens se distinguent-ils des autres ? Là où retentissent les cris au scandale, comment témoigner de la vérité du Christ ? Nous sommes accablés par tant de questions auxquelles il est difficile de répondre, car le monde nous regarde. L’évangile d’aujourd’hui nous donne certains éléments de réflexion. Jésus est en train d’instruire ses disciples sur leur comportement dans une société où des personnes de différentes tendances vivent ensemble. Il ne leur demande pas de se replier sur eux-mêmes parce que les défis sont grands, mais bien de se rendre compte de la situation et d’agir avec l’attitude de Dieu. Saint Marc nous présente trois situations.

D’abord, comment vivre en harmonie avec ceux qui n’ont pas la même tendance que nous ? Les disciples avaient remarqué qu’un autre qui n’est pas de l’entourage de Jésus, chassait les esprits mauvais en son nom. Ils ont voulu l’en empêcher.  Mais Jésus leur répondit, “Ne l’empêchez pas, … Celui qui n’est pas contre nous est pour nous”. Nous vivons aujourd’hui dans une société multiculturelle et multi religieuse. La tendance générale est de ne pas privilégier une religion par rapport à l’autre, ou une culture par rapport à l’autre. Nous entendons souvent les gens dire, ” ah.. c’est toujours le même Dieu”. S’il en est ainsi, comment vivre en harmonie avec les autres ? Comment voir l’œuvre de Dieu dans les autres traditions religieuses ? Comment dire que Dieu est présent et agit également partout ailleurs ? La réponse de Jésus, « Ne l’empêchez pas, car il n’y a personne qui fasse un miracle en mon nom et puisse, aussitôt après, mal parler de moi. Celui qui n’est pas contre nous est pour nous », n’est-ce pas une affirmation de l’action universelle de Dieu ; que Dieu continue à parler par la bouche des autres ? Aujourd’hui, l’humanité cherche à vivre en harmonie malgré les différences. Nous voulons que chaque culture ou religion contribue à la croissance tant spirituelle que matérielle de l’humanité. Alors, quel rôle allons-nous jouer, nous les chrétiens, croyants d’aujourd’hui ? Il n’est pas question de dissimuler nos traditions et pratiques dans l’ambiance qui ne convient pas au message de Jésus. Mais, nous chrétiens, nous devons discerner l’action de Dieu dans la société d’aujourd’hui et ainsi continuer à contribuer à la création d’une société juste et harmonieuse.

Deuxièment, faire un geste au nom du Christ. Donner et recevoir un verre d’eau parce que vous appartenez au Christ, en d’autres mots, puisque tu es chrétien, tu seras bien accueilli dans des communautés chrétiennes. Mais ce n’est pas une question de recevoir seulement, mais aussi donner au nom du Christ. Puisque tu appartiens au Christ, puisque tu es racheté par le Christ, puisque tu connais le Christ – ses principes et ses valeurs – tu fais un geste envers les autres ; tu vas sortir de toi- même pour accueillir les autres, “tu leur donnes un verre d’eau”, tu partages avec eux ce que tu as reçu du Christ. J’ai fait de superbes expériences d’être accueilli parce que je suis chrétien et prêtre ; cela est également un devoir pour moi de contribuer au bien-être des autres.

Troisièmement, la question de scandale. Jésus a formé ses disciples en vue d’être ses témoins, de vie, de mort, et de résurrection. Jésus leur a donné le pouvoir de guérir et d’enseigner et il leur a promis de les accompagner jusqu’à la fin du monde. S’il en est ainsi, pour Jésus, ses disciples ne doivent pas causer le scandale. Jésus donne des exemples très radicaux.

« Quiconque entraîne la chute d’un seul de ces petits qui croient, il vaut mieux pour lui qu’on lui attache au cou une grosse meule, et qu’on le jette à la mer ». Mais c’est Jésus lui-même qui avait dit, aimer le prochain et pardonner aux autres. « Si ta main entraîne ta chute, coupe la ; Si ton pied entraîne ta chute, coupe le ; Et si ton œil entraîne ta chute, arrache-le »; il vaut mieux que tu entres borgne dans le Royaume de Dieu que d’être jeté avec tes deux yeux dans la géhenne”. Selon la tradition juive, les handicapés étaient des pécheurs. C’est pourquoi Jésus lui-même les guérissait, rétablissait leur santé. Je suis très sûr que vous êtes au courant des scandales au sein de l’Église ; peut-être m’écoutez-vous avec un sentiment de questionnement. Il y a toujours eu des scandales dans l’Église. Saint Paul en parle dans sa lettre aux Corinthiens. Jésus, en instruisant ses disciples, ne veut pas privilégier les scandales, mais il veut privilégier le témoignage chrétien. C’est pourquoi Jésus est intransigeant envers ceux qui créer le scandale, il utilise les mots -couper, arracher.  Car le scandale détruit ce que le témoignage construit.

Jésus nous invite à créer un monde harmonieux et tolérant en contribuant à la construction de ce monde ; deuxièmement, en appartenant au Christ nous sommes invité à faire des gestes concrets au nom du Christ; troisièmement, que notre témoignage soit plus prononcé. A travers nos actions, que le Christ soit glorifié. Si une situation se produit, où vous devez intervenir en vue d’éviter un scandale dans la communauté –  auprès d’un chrétien ou auprès de nous-mêmes, vos prêtres – considérez-le comme votre devoir et faites-le en toute charité.

Amen.

 

 

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.