Homélie du Vendredi Saint 2018

Ce que nous venons d’entendre est une histoire d’amour. Une histoire d’un amour infini, d’un amour qui dépasse tout amour que nous connaissons et que nous pourrons jamais pratiquer. Un amour surhumain. Dieu nous aime tous avec un amour si profond et si intense qu’il a été à l’extrême : il a demandéà son fils de servir comme offrande, l’offrande, qui selon le Thora, le peuple juif devait offrir pour se réconcilier avec Dieu. Pourquoi ce sacrifice si cruel sur la croix, ce sacrifice scandaleux pour les juifs, ce sacrifice fou pour les païens comme le décrit l’apôtre St. Paul?

Parce qu’il n’y avait pas d’autre moyen! Dieu avait essayé tout autre moyen moins extrême. Il a d’abord donné la Thora dans le désert, la Thora qui est un calendrier, un indicateur de direction pour une vie sans péchés. Puis,  il a envoyé des prophètes au moment où le peuple juif commençait à dévier de la Thora, dévier du droit chemin. Ensuite, Il a fait des miracles tout au long de l’Ancien Testament pour avertir le peuple et pour le sauver en temps de détresse. Tout cela aidait parfois un peu mais après quelque temps le peuple se tournait de nouveau vers le Mal. Le seul instrument qui lui restait était d’envoyer son propre fils. Pour nous montrer le chemin vers le salut. Par son enseignement pendant trois ans. Et finalement par son sacrifice,  le sacrifice pur et saint, le sacrifice parfait comme le dit la prière eucharistique. Une solution que seul Dieu pouvait trouver car qui va sacrifier son propre fils pour sauver des gens qu’il ne connait pas, des gens qui ont fait ,refont et refont des péchés?  Dieu n’a pas épargnéson propre fils mais il l’a livré pour nous. Comme aide ultime pour nous tirer vers la croix, signe du salut.

Comment réagir à ce don, comment remercier le Seigneur et surtout comment répondre au don de la vie que Jésus nous a fait? D’abord par se rappelerde ce qu’il nous a fait, et par le remercier, lors de chaque messe que nous célébrons et lors de nos prières quotidiennes. Et puis par nos actes. Rappelons-nous ce que Jésus disait lui-même : Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Il ne nous demande pas de donner notre vie pour le salut du monde, car il l’a sauvé pour toujours. Mais il nous demande jours après jour de le suivre dans son comportement envers les autres, envers notre prochain. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé, disait-il. dit-il encore tous les jours. Parfois par un simple geste, parfois par une aide plus profonde et parfois même en donnant notre vie comme l’a fait le policier Arnaud Beltrame à Trèbes, il y a quelques jours.

Pendant ce temps de carême nous avons entendu tous les dimanches des textes qui ont voulu nous préparer pour l’évènement d’aujourd’hui. Rappelons-nous que Jésus disait que le grain de blé tombé en terre doit mourir afin de donner beaucoup de fruits. Jésus nous a montré l’exemple et sa mort a porté des fruits en abondance. A nous de le suivre comme petits grains qui peuvent porter également des fruits, des fruit qui demeurent. Comme les chrétiens l’ont toujours fait dans tous les temps. Aussi de nos jours où nous sommes peut-être en Europe moins qu’avant, mais sur un plan mondial  avec une multitude qui croit encore chaque jour. Aimons notre prochain comme nous-même, ça c’est le message du Christ sur la croix. Et nous serons sauvés et avec nous tous ceux pour qui nous avons fait la différence, pour qui nous avons été un exemple. La croix glorieuse nous montre le chemin. Adorons-le et suivons-le. Jusqu’à notre éternité. Une éternité qui nous a été ouverte par le Christ. Par sa mort sur la croix.

Amen

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *